Critiques

Clé du sang (La)

Rowan Caine pensait avoir trouvé l'annonce parfaite : un poste de nurse dans une somptueuse demeure en Écosse, avec un salaire très confortable. Mais le rêve va se transformer bientôt en cauchemar.Rowan sait qu'elle a commis des erreurs.Mais elle n'est pas coupable. Du moins, pas de meurtre   Un thriller psychologique réussi, qui tient en haleine du début à la fin.

Type: 

Anomalie (L’)

Commençons par lever la question de savoir si c’est un livre de science-fiction. La réponse est incontestablement oui. D’abord parce que Le Tellier ne manque pas de citer quelques références, fut-ce lorsque ses personnages se rappellent avoir lu des livres ; ensuite parce que le thème fondamental, les réactions individuelles et collectives à un phénomène nouveau, est l’un des thèmes majeurs de la SF.

Type: 

Courage de l’arbre (Le)

Léafar Izen est un ex-ingénieur, devenu ensuite aubergiste et guide de montagne au Chili, avant de revenir en France écrire des romans de science-fiction. Celui-ci appartient visiblement à l’extrémité « création d’univers originaux » et nous décrit donc un univers dans lequel l’Humanité s’est répandue dans la galaxie grâce à la découverte d’un « arbre » spécial capable de rendre habitable n’importe quel monde, le Phytoïde de Katz. Les différents mondes sont liés par l’Égrégore, un réseau de communication instantané (donc quantique) géré par des IA et des « aiguilleurs » semi-humains.

Type: 

Princesse au visage de nuit (La)

« Coup de cœur des Imaginales 2019 » Hugo, enfant violenté par ses parents, s'est enfui avec ses amis dans la forêt pour trouver la princesse au visage de nuit qui, selon les légendes, exauce les vœux des enfants malheureux, parfois au prix de leur vie. Après une nuit entière, Hugo ressort seul et amnésique. Vingt ans plus tard, Hugo apprend la mort de ses parents. De retour sur ses terres, alors qu’il se retrouve mêlé à l’enquête, d’étranges événements se produisent. De mystérieuses lueurs brillent dans les bois, les orages soufflent des prénoms dans le vent.

Type: 

Temps ultramodernes (Les)

C’est un quasi-feuilleton steampunk, qui se passe dans une uchronie qu’on pourrait presque traiter de dyschronie tellement le monde décrit semble pire que l’histoire réelle. En fait Laurent Genefort s’est amusé à partir de deux références, la cavorite empruntée à HG Wells et les indigènes martiens empruntés à Gustave Le Rouge, mais il y a ajouté une véritable caricature de la « Belle époque » et de l’après-guerre…  

Type: 

Nos solitudes heureuses

Face à soi-même et aux autres, face à Dieu et ses absences,face à l'enfant qui attend le Père Noël et à celui qui ne l'attend plus,face à celle qui marche sans se retourner, à celle que l'on quitte avec joie,à un public qui rit du costume et se moque de qui le porte,aux rencontres à venir...   Brian Merrant est un artiste doué  de multiples talents, dont celui de graphiste (voir la magnifique couverture de ce livre) et d'auteur.

Type: 

Roman de Tristan et Iseut (Le)

Tout le monde connait leurs noms et l’essentiel du mythe, mais même moi, qui n’avais pas encore lu cette compilation réalisée au dix-neuvième siècle par le médiéviste Joseph Bédier, j’ai découvert des épisodes que je n’avais pas encore lus.  

Type: 

Ce qu'il nous reste de Julie

Vingt ans.Cela fait vingt ans que Sébastien a quitté Sainte-Geneviève, sa petite ville natale du sud de la France. Trop de démons l'y tourmentaient. Aujourd'hui, comble de l'ironie pour un écrivain, c'est un livre qui le renvoie à ce passé qu'il s'est toujours efforcé d'oublier. Le Temps d'un été. Tout dans ce roman, qui s'annonce comme le succès littéraire de l'année, lui fait penser à Julie.Des références troublantes, des anecdotes qu'elle seule connaissait... À tel point qu'il en est persuadé : c'est elle qui l'a écrit. Julie, son amour d'adolescent. Celle qui a tant compté.

Type: 

Fiole au cerbère (La)

Presque 40 ans que j’attendais la parution en France d’une traduction de ce roman que signalait, déjà, Jacques Sadoul dans son Histoire de la Science-Fiction et que connaissaient et appréciaient autant que les amateurs américains qui, après la parution en 1918, en ont eu plusieurs rééditions, en particulier celle de 1952 qui a révélé aux amateurs le vrai nom de l’autrice, Gertrude Barrows Bennett, disparue en 1948, alors qu’ils croyaient que Francis Stevens était un pseudonyme d’Abraham Merritt.

Type: 

Bureau des affaires occultes (Le)

Automne 1830, dans un Paris fiévreux encore sous le choc des Journées révolutionnaires de juillet, le gouvernement de Louis-Philippe, nouveau roi des Français, tente de juguler une opposition divisée mais virulente.Valentin Verne, jeune inspecteur du service des mœurs, est muté à la brigade de Sûreté fondée quelques années plus tôt par le fameux Vidocq. Il doit élucider une série de morts étranges susceptible de déstabiliser le régime.Car la science qui progresse, mêlée à l’ésotérisme alors en vogue, inspire un nouveau type de criminalité.

Type: 

Pages

S'abonner à RSS - Critiques