DEMUTH Michel

Dune

En refermant ce qui constitue le premier tome du cycle de Dune, je me suis surpris à penser : pourquoi ne l’avais-je pas lu plus tôt ? Peut-être un a-priori, la peur de me lancer dans la lecture d’un énorme pavé. Car cette édition revue et corrigée, parue chez Robert Laffont, ne fait pas moins de 625 pages, annexes comprises. Mais passées les premières pages, le lecteur oublie vite ce nombre, happé par la densité du texte.

Type: 

Voltigeurs de Gy (Les)

Il s’agit d’un recueil de plusieurs nouvelles plus ou moins récentes. Certaines, en particulier la nouvelle éponyme, se placent dans l’univers principal des œuvres de l’auteur, celui des découvertes et études ethnologiques et sociologiques des différentes espèces humanoïdes de l’Ekumen, d’autres dans une Terre présente, future ou uchronique. Toutes sont des études sur des mondes possibles, des reflets étranges du monde réel. Et toutes reposent la question de base de la SF : « Et si... ? ».  

Type: 

Grand vaisseau (Le)

Voici un roman qui, plus qu'aucun autre de ceux que j'ai lus, pose les questions de la rédaction d'une histoire post-singularité, de la compréhension des actes et des pensées de héros post-humains : quelles sont les motivations et les sentiments qui vont animer des post-humains, qui sont presque immortels, peuvent entreprendre des projets s'étalant sur des millénaires et en voir le résultat, peuvent ressusciter si une partie suffisante de leur cerveau a été sauvée, disposent d'ajouts mémoriels ou perceptifs, etc.

Type: 
S'abonner à RSS - DEMUTH Michel